Histoire d’un Kamishibaï

Il était une fois…

Un curieux objet qui fit son apparition au centre de loisirs de Saint-Thomas. Il n’était pas très grand, mais plutôt intrigant. Il était fait de bois, avec un joli toit, des petites fenêtres et un verrou pour ranger le tout. On pouvait y glisser des images sur lesquelles il y avait des choses écrites au dos.  On pouvait aussi y glisser sa tête, ce qui parfois était tout aussi rigolo.

Et puis, on nous l’a présenté. Il s’appelait « Camille Chibaille ».

On nous a expliqué que c’était un ancêtre de la télé et des écrans, dans un Japon lointain où il racontait des histoires aux gens, et aux enfants. On nous a finalement dit qu’il ne s’appelait pas vraiment « Camille », mais plutôt « kamishibaï », ce qui voulait dire théâtre de papier. Que la petite maison s’appelait en fait un « butaï », ce qui voulait dire théâtre en bois. Et puis on nous a laissé jouer avec toute la journée. Nous, on s’en vite est emparé !

Même les grands du centre sont venus jouer. Ceux qui savaient lire, ils nous ont raconté l’histoire. Et nous aussi on a essayé. On a bien rigolé.

Et puis les zanimateurs, ils avaient ramené plein de mangas pendant les vacances. Tous les jours, ils nous en présentaient, ils faisaient des jeux avec plein de personnages bizarres du Japon. Il y avait du sport, des zenquêtes, des goûters bizarres, des combats de cartes, des chasses au trésor. Et surtout, ils avaient ramené plein de livres avec des dessins à recopier. Ils nous ont dit que tous ces trésors venaient de la médiathèque de Strasbourg et qu’il fallait en prendre soin. Qu’on devait les rendre après les vacances. Alors on a commencé à dessiner.

Et puis Ahlam, l’animatrice, elle nous a demandé si on voulait fabriquer notre propre histoire pendant les vacances. Cap ? Cap !

Alors, on a fait des réunions avec les grands. On a inventé toute une histoire au tableau. On a donné plein d’idées et à la fin on a même trouvé un titre à cette histoire : « Azur et les souliers magiques ».

C’était super. Tous les jours on n’avait des missions. On a dessiné, on a découpé, on a collé, on a peint, on a écrit, on a parlé. Parfois, on a même du recommencer l’histoire de zéro. Tout ça parce que des fois, les copains ne viennent pas tous les jours au centre de loisirs pendant les vacances. Alors on a proposé à des nouveaux. On s’est fait plein de copains comme ça aussi.

Et puis un jour, il y a même des enfants qui sont venus d’un autre centre de vacances pour nous présenter leur histoire avec un kamishibaï. Ils venaient du Neuhof. On a passé l’après-midi ensemble. Nous, on leur avait préparé un super goûter avec des bubbles tea au tapioca. Eux, ils nous ont raconté leur histoire. Et après, on a joué au loup-garou tous ensemble. C’était super. Ça nous a donné des idées pour la suite des vacances. Ils nous ont invités chez eux pour la deuxième semaine.

Alors, on s’est remis à fabriquer notre histoire. On était encore plus motivés qu’avant. Il y a même des enfants qui continuaient le soir à préparer des planches de dessin chez eux à la maison. Mais on avait quand même un peu le trac aussi. On ne savait pas si cette histoire allait plaire…

Le jour du mardi gras, nous sommes allés chez les enfants de la maternelle en dessous de chez nous  à Saint-Thomas. On s’est tous déguisé et on s’est maquillé. On a pu s’entraîner à faire le kamishibaï. Là,  c’était facile, on connaissait tous les zanimateurs de quand on était petits ! Et puis, chez les autres enfants il y avait parfois nos petits frères et nos petites sœurs alors ça nous faisait un peu moins peur.

Et puis le grand jour de la représentation est arrivé. On a pris le bus et on est allé jusqu’au Neuhof chez les copains de « La clé des champs ». On a        fait des répétitions avant et on a montré notre spectacle. Ils ont aimé… et nous ont préparé des crêpes pour nous remercier !

C’était une super aventure, à laquelle finalement presque tous les enfants du centre ont participé pendant ces vacances.

Alors, le dernier jour, on s’est dit qu’il fallait qu’on montre tout ça à nos parents. Ceux qui ont pu se libérer plus tôt du travail sont venus au centre pour voir le spectacle. Tout le monde a adoré !

C’était vraiment chouette et on espère que bientôt on pourra le montrer à d’autres personnes.

Peut-être ce sera aux journées portes ouvertes du Croisillon le 10 juin prochain ?

En tout cas, de notre côté il va falloir bien nous entraîner. Et pour Camille, bien se reposer…

Il est d’ailleurs retourné cette semaine à la médiathèque de Strasbourg. On espère tous le revoir un jour, et qu’en attendant, il fasse le bonheur de pleins d’autres enfants.

D'autres aventures

Murmuration

Vendredi dernier, les enfants inscrits à l’atelier hip-hop ont eu l’opportunité d’assister à « Murmuration », un spectacle captivant de